Comment assurer un patrimoine pour ses enfants ?

 Comment assurer un patrimoine pour ses enfants ?

Vous désirez dès maintenant vous assurer que vos enfants reçoivent un patrimoine à votre décès. C’est une initiative tout à fait normale, dont les solutions pour y arriver sont nombreuses.

Créez un compte épargne pour enfant

Que vous soyez les parents ou les grands-parents des enfants, il est souvent plus facile de constituer directement une épargne enfant que vous placez sur un compte. Le plus simple est évidemment de créer un livret A. Il vous est également possible de mettre en place un plan épargne logement ou PEL dès lors que vous désirez assurer un patrimoine à vos enfants. Cependant, prenez en compte le rendement de ces solutions d’épargne qui peuvent avoir un taux inadapté à vos objectifs.

Afin que ce que vous mettez de côté bénéficie d’un taux d’épargne avantageux, pensez au livret jeune. Il concerne les enfants de 12 à 25 ans. Vous pouvez en constituer un pour chacun de vos enfants. Le montant est toutefois plafonné à 1 600 euros bien que le taux soit très intéressant par rapport au livret A. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter différentes sources en ligne comme tschann.fr qui est un blog finance traitant divers sujets concernant les emprunts et les épargnes.

Souscrivez à une assurance vie

Pour vous assurer que vos enfants auront un patrimoine à votre décès, l’assurance vie est une solution qui a fait ses preuves. Elle est souple, rentable et se constitue sur le long terme. En effet, l’assurance vie vous permet d’investir dans deux types de placement. D’un côté, vous avez un support se basant sur des fonds en euro où votre investissement est garanti et que les taux sont bien plus avantageux que celui du livret A. D’un autre côté, vous avez les fonds d’investissement qui vous impliquent de faire des placements ou acheter des actions (unités de compte). Le rendement de votre épargne est meilleur sur le long terme, mais vous pourriez être exposés à des risques.

L’assurance vie peut être ouverte dès la naissance d’un enfant. Et dans l’idéal, il faut le faire avant sa 10e année, car lorsqu’il atteindra ses 18 ans, le placement aura 8 ans minimum pour se rentabiliser grâce au taux intéressant de l’assurance vie. À partir de sa 18e année, l’enfant pourra faire des retraits non taxés dont la plus-value annuelle du placement ne dépassa pas les 4 600 euros. C’est une solution qui fonctionne dans la mesure où l’enfant devra payer son premier loyer, acheter une voiture et bien plus lorsqu’il partira à l’Université.

Faites un placement boursier : PEA jeune et CTO

Vous assurer que vous puissiez laisser un patrimoine à vos enfants peut se faire en investissant votre épargne. Pour ce faire, vous avez deux enveloppes boursières dans lesquels vous pouvez faire un placement. La première est le PEA jeune ou plan d’épargne en action. Ce dernier est destiné aux jeunes entre 18 et 25 ans.

Dans la pratique, tout fonctionne comme sur un PEA classique. Vous achetez ou vendez des actions émises par des entreprises européennes. En même temps, votre investissement est soumis à une fiscalité souple. Si vous avez eu une importante plus-value après 5 ans, elle n’est pas imposée. Cependant, le montant de l’épargne investi est plafonné à 20 000 euros. Lorsque l’enfant se sépare de ses parents pour vivre sa vie d’étudiant ou de salarié, le PEA jeune est automatiquement transformé en PEA classique. Dans ce cas, le plafond passe à 150 000 euros.

Pour ce qui est du CTO ou compte-titre ordinaire, vous pouvez choisir de rendre votre enfant actionnaire de quelques titres dans plusieurs entreprises. Le CTO est donc à son nom et vous pouvez le faire dès sa naissance. Toutefois, si vous hésitez entre cette solution et le plan épargne action, n’hésitez pas à vous appuyer sur les services d’un courtier. Sachez que le PEA est beaucoup plus intéressant du fait de l’exonération fiscale au bout de 5 ans. Le CTO est en revanche plus ouverte. Vous avez la possibilité d’acheter et vendre des titres sur des entreprises hors de la zone euro. Chacun a donc ses avantages et ses inconvénients.

Constituez un plan épargne retraite (PER)

Le PER est une solution peu pratiquée, mais représente une alternative avantageuse que le PEL. En effet, vous pouvez faire d’une pierre deux coups.

Premièrement, il est possible que le capital soit retiré par l’enfant pour l’achat d’une résidence principale. La raison est qu’avant que vous partiez à la retraite, c’est une situation qui peut se présenter. En outre, des intérêts ont été générés tout au long de la durée de l’épargne.

Deuxièmement, étant donné que l’enfant fait partie du foyer fiscal des parents, tous les versements effectués sur le plan épargne retraite sont défiscalisés.

Donnez de l’autonomie à vos enfants

Des enfants qui prennent conscience de l’importance des épargnes et des placements dès le jeune âge sont des atouts. Pour ce faire, vous pouvez par exemple ouvrir un compte courant pour chacun d’eux et y verser un certain montant mensuellement. En tant que parent, vous êtes parfaitement en droit d’ouvrir un compte pour vos enfants, même s’ils sont mineurs. Mais, dès leur 16e année, ils peuvent également ouvrir un compte de leur plein gré sans avoir votre accord. Dans tous les cas, pensez à accompagner les comptes d’une carte bancaire à autorisation systématique. C’est une manière d’éduquer et de cadrer vos enfants sur les dépenses essentielles et non essentielles.

Apprenez à vos enfants ce qu’est la finance personnelle

Lorsque vous ouvrez un compte épargne ou un compte courant pour vos enfants, vous leur inculquez déjà ce qu’est la finance personnelle. Tout en grandissant, vous les éduquez financièrement, ce qui va leur permettre de mieux connaître les différents produits financiers avec lesquels ils peuvent consolider leur vie financière quand ils seront en âge de travailler et d’avoir un revenu ou qu’ils essayeront d’investir dans quelque chose. Vous leur apprenez comment ils devraient aborder leur vie d’adulte et prendre des décisions se rapportant aux finances.

En France, l’État a considéré le sujet comme un enjeu majeur pour l’avenir du pays. Si la génération précédente et celle d’aujourd’hui manquent étonnamment d’éducation financière, leur avenir de citoyen pourrait en être affecté. Afin de pallier ce déficit, des cahiers financiers ludiques ont été publiés et développés selon les tranches d’âge des enfants.

Stephane

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *